Vous pouvez cliquer sur les titres ou images pour accéder aux révélations et commentaires.

Paternité de Véronique ?

De sérieux doutes subsistent quant à la paternité de Jacques Fesch envers Véronique, qu’il a reconnu comme sa fille :
Monique Toury-Fesch (soeur de Jacques) avait exprimé des doutes et avait demandé à sa nièce (et belle fille) Véronique de se soumettre à un test ADN afin d’avoir la certitude qu’elle est bien la fille de Jacques.
Véronique refusa d’effectuer ce test.

Courrier Monique à VéroniqueLettre de Monique Fesch à sa nièce Véronique.
Par cette lettre Monique met en doute la paternité de sa belle-fille.

Cliquez sur la lettre pour visualiser son contenu.

Véronique refusa d’effectuer ce test.

Courrier Monique à Véronique te son avocatElle écrira aussi à son avocat le 11 mai 2005 au sujet de Gérard. 

Cliquez sur la lettre pour visualiser son contenu.

Tout commence en 1951 lorsque Pierrette annonce à Jacques qu’elle est enceinte de 8 mois alors qu’il effectue son service militaire à Strasbourg. Jacques parut surpris de la nouvelle.

Il y a aussi la cette révélation d’ordre familiale faite par Pierrette à Jacques au parloir le 28 février 1955. Jacques reviendra plus tard sur cette révélation qui sera à l’origine de sa conversion mais qu’il préfèrera taire de peur que Véronique puisse en savoir plus.

Extraits de la lettre de Jacques à Pierrette du 01 mars 1955 : « Je t’avoue qu’il m’arrivait d’y penser parfois, mais je ne l’aurais pas cru possible (…). En tout cas, Pierrette il y a un jour ou tu m’as vraiment perdu, c’est aujourd’hui ! Et dire que tu venais me voir en pleurant derrière les barreaux et que tu me parlais de mariage religieux (…). Alors refait ta vie comme tu veux mais ne t’occupe plus de mon triste sort (…). Maintenant il y a un monde entre hier et aujourd’hui, tu ne soupçonnes pas la profondeur de l’abîme que tu as creusé (…). »

Lettre Frère Thomas - 25 juin 1954C'est à partir de ce moment là que Jacques répond à la lettre que frère Thomas lui a adressé le 25 juin 1954, un an plus tôt ; 
C'est alors que s'établit une correspondance entre les deux "convertis".

Nous possédons l'original de cette correspondance dont voici un extrait. 
(Cliquez sur l'image pour visualiser l'original).

Tous les soirs, pendant plus de 8 années, je buvais seul avant de me coucher, si bien que j’en étais arrivé à avoir des crampes d’estomac continuelles… Partant ivre mort, personne ne me connaissait plus que comme alcoolique. J’avais un tempérament passionné, d’une extreme violence et, dès ma plus tendre (!) enfance, j’avais des colères furieuses qui m’entrainaient à me révolter contre tout, à la haine la plus féroce, blasphémant dieu durant des heures en hurlant dans la rue afin d’être entendu de tous, crachant sur tous les crucifix que je trouvais, frappant de coup de poing ma mère pendant des années… orgies, viols, maisons louées à la campagne, c’était moi le principal sinon l’unique organisateur des orgies qui eurent lieu à St Germain et dans sa région pendant près de 8 années …


La maladie héréditaire de Véronique, inconnue dans la famille Fesch.

Centre-hospitier-de-ChamberyGérard se soumettra à des analyses, sur les conseils de Monique Toury-Fesch. Les résultats ne présentant pas les marqueurs de la maladie de Véronique,
ADNle médecin lui dira : « Vous n’êtes peut-être pas le fils de Jacques Fesch. »

Nous vous présentons également le test de parenté réalisé à Lausanne le 29 juillet 2004 entre Monique Toury-Fesch (soeur de Jacques Fesch) et Gérard Droniou (devenu Gérard Fesch).

Posted by Jonathan

One Comment

  1. Muller Mireille 02/03/2016 at 17:24

    Bonjour,

    N’y a-t-il pas moyen de vérifier que cette maladie héréditaire est présente chez le père Thomas et sa famille ?
    Les enfants de Véronique sont-ils atteints de cette maladie ?

    Répondre

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *